Á Propos

La politique innapropriée des États-Unis, l'indifférence des Nations Unies et de la communauté internationale ont aggravé la crise en Haïti. Ils ont piétiné et renversé le processus démocratique en Haïti. Les rebelles marchent librement dans les rues d'Haïti, les membres de la petite armée " Ti Manchèt " tuent les civils innocents sans être jugés ou punis, malgré les actes de violence dans les secteurs comme Pétion-Ville, Delmas, Martissant, Carrefour, etc, la MINUSTHA n'a fait aucune descente des lieux violent dans ces zones pour éfrénné les actes terribles perpétrés dans ces banlieus. Mais, les forces de maintien de la paix en Haïti continue a semer le deuil par des opérations violentes dans les quartiers pauvres de Cité Soleil.


Projet Prioritaire Haïtien condamne les opérations arbitraires que la MINUSTHA (mission de stabilisation des Nations Unies en Haïti) entreprend continuellement à Cité Soleil, des opérations qui coûtent la vie à des centaines de civils, en particulier des femmes et des enfants haïtiens innocents.

Par conséquent nous sommes commis à :

  • Encourager et à aider les Haïtiens demeurant en Haïti à exercer leur responsabilité civique tout en s'adhérant aux principes démocratiques et au respect des droits de l'homme.
  • Définir une stratégie concrète et à procurer une formation adéquate aux haïtiens de la diaspora et d'Haïti qui améliorerait leur qualité de leader, renforcerait le mouvement de mobilisation et aiderait à recpnstruire les établissements démocratiques en Haïti.
  • S'assurer que les États-Unis et la communauté internationale instituent des politiques qui maximisent le développement des établissements démocratiques en Haïti, et qui respectent la souveraineté, le droit à l'autodétermination, et à un gouvernement démocratique.
  • Fournir au public Américain des informations précises sur la transition démocratique en Haïti, y compris les informations en provenance des organismes de bases et d'autres associés en Haïti.
  • Présenter la situation d'Haïti telle qu'elle est à travers les médias et d'autres moyens de communications ; et aussi, développer et maintenir un mouvement dynamique de solidarité aux États-Unis en faveur d'Haïti

Les Néo-Conservateurs d'Haïti ont profité de toutes les occasions pour parler au détriment du vouloir des haïtiens. PPH considère qu'il est impératif MAINTENANT, pour les citoyens ordinaires d'Haïti d'avoir leur chance de se faire entendre en Haïti, aux États-unis et devant la Communauté Internationale. PPH essayera de fournir l'appui nécessaire dans la lutte haïtienne pour la démocratie, le droit à la souveraineté, le respect des droits de l'homme et de l'indépendance d'Haïti. Maintenant, les priorités haïtiennes pour la coalition sont comme suit :

  • Soutenir la libération de tous les prisonniers politiques, réclamer justice et traitement équitable pour tous les prisonniers en Haïti et le droit au retour de tous les haïtiens exilés.
  • Appeler à la fin de la répression systématique des défenseurs de la démocratie, la fin de l'impunité, et un appel à une accélération dans le processus trainante du système juridique Haïtien.
  • Inviter une équipe d'observateurs de droits de l'homme constituée des membres du Parlement Haïtien, de la Cour de Justice des Caraïbes (CCJ), de l'Union Africaine, dela Commission Interaméricaine des Droits de l'Homme, de la haute Commission des Droits de l'Homme des Nations Unies (UNCHR), de la Fédération Internationale du Parlement comprenant des membres du Congrès des Etats-Unies en particulier Black Caucus ainsi que le corps de Police Haïtien pour évaluer la situation des droits de l'homme, enquêter et traduire en justice les malfaiteurs qui ont mis fin à la vie de centaines de civils haïtiens innocents en particulier dans les événements de février 2004. Une enquête immédiate doit être aussi menée sur les massacres entrepris par la MINUSTAH en Haïti.
  • Inviter la Communauté des Caraïbes (CARICOM), l'Assemblée des Parlementaires de la Communauté des Caraïbes (ACCP), l'Organisation des Etats Américains (OEA), le Congrès des États-Unis à étudier les circonstances qui ont menées au 29 février 2004 ; de déterminer le rôle des États-Unis, de la France, et du Canada dans l'obstruction du processus démocratique en Haïti. Chacun est invité à approuver l'acte H.R.351 (présenté à la chambre des représentants) et établir une Commission indépendante pour enquêter le coup d'état 2004 en Haïti.
  • Exiger que les États-Unis et tous les pays où les réfugiés haïtiens soumettent une demande de statut de réfugiés politiques accordent un statut protecteur provisoire (TPS) à ceux qui sont persécutés et mettre imédiatement fin à la détention indéfinie et la déportation des immigrés haïtiens. Chacun est invité à appuyer l'Acte de protection des haïtiens de 2007 (présenté à la chambre des représentants) l'acte HR522 tout comme l'acte HR454 pour modifier la Loi HRIFA de 1998.
  • Exiger une suspension provisoire du rapatriement des ressortissants haïtiens qui ont commis des crimes aux États-Unis jusqu'à ce qu'un programme complet soit développé afin de superviser ces individus une fois libérés dans la société Haïtienne.
  • Exiger que le Conseil de sécurité des Nations Unies revise le mandat de la MINUSTAH (mission de stabilisation des Nations Unies au Haïti) en se concentrant de préférence sur une mission civile qui aiderait le gouvernement haïtien à reconstruire ses infrastructures tels que des routes, des écoles, des bibliothèques, des centres sociaux, etc. Autrement la force d'occupation doit quitter le Haïti immédiatement, et le budget de la MINUSTAH doit être réalloué à des programmes de développement et de secours pour Haïti.
  • Éliminer complètement la dette extérieure d'Haïti afin de faciliter le processus de reconstruction.
  • Inviter le parlement haïtien à reviser la constitution haïtienne en sorte que les haïtiens de la Diaspora jouent leur rôle dans la reconstruction des établissements démocratiques d'Haïti et devenir partie prenante dans le développement de leur pays.