Capital Humain

Le capital humain se définit comme l'ensemble des capacités productives qu'un individu acquiert par accumulation de connaissances générales ou spécifiques, un stock immatériel imputé à une personne, un choix individuel, un investissement personnel. C'est aussi un concept central de l'économie du développement, de l'économie de l'éducation et plus largement de l'économie du savoir, un excellent instrument pour cadrer le débat sur les politiques à suivre en matière de scolarisation, de formation ou de marché du travail.


PPH veut accentuer sur le fait que le Capital Humain directement lié au niveau d'instruction de chaque individu soit la clé de la croissance économique d'Haïti et ainsi, l'élément essentiel aux changements que nous voulons voir se réaliser. Le gouvernement haïtien doit comprendre qu'aider les fils et les filles du pays à acquérir de l'éducation et à parfaire leurs compétences professionnelles, ne fera qu'augmenter la productivité et le rendement des entreprises et de l'économie nationale. Pour mesurer la valeur du capital humain en Haïti, il nous faut examiner sa rentabilité financière, autrement dit, en gros, le supplément de gains généré par chaque année de scolarité.


Dans ce même courant d'idées, l'investissement dans le Capital Humain dans un pays comme Haïti ne peut qu'être avantageux non seulement du point de vue économique mais aussi au niveau social. L'insertion sociale des individus à connaissances et compétences accrues est beaucoup plus facile dans notre société moderne. et peut avoir une influence positive à long terme, ouvrant la voie à un développement plus équitable et durable et aussi diminuer considérablement le taux de criminalités. Par contre, l'État doit favoriser activement la mise en place d'un environnement stable et progressiste apte à faciliter l'éclosion d'une société civile dynamique et créatrice.


L'investissement en capital humain permet de libérer l'individu en améliorant son niveau de connaissance. Il permet d'augmenter leur productivité et donc leur revenu de même que celui de l'économie nationale. Ensuite le développement du capital humain est un moyen de réduire le niveau de pauvreté dans une société en développement et permet d'obtenir de fort taux de croissance économique comme c'est le cas dans les pays d'Asie du Sud Est. Pour réduire les écarts et combler le déficit technologique, la promotion de la croissance par I'économie du savoir grâce à un développement du capital humain est une bonne stratégie qui s'offre à notre pays qui connaît des difficultés d'adaptation face aux mutations technologiques et à la mondialisation qui ne peuvent être profitable que sur la base de la compétitivité de notre économie. Aussi le développement du capital humain va permettre d'améliorer le niveau d'accès aux biens sociaux comme la santé grâce à I'amélioration de I'éducation.


PPH tient à mettre en évidence ces différents facteurs qui peuvent favoriser la croissance économique d'Haïti : L'accès à l'apprentissage continu et la participation à la vie active sont des facteurs dont il faut tenir compte si l'on veut préserver la cohésion sociale et assurer le consensus sur les réformes à entreprendre pour soutenir une croissance durable et un certain niveau de bien-être.


  • a) Une meilleure qualité des soins de santé et de l'environnement, une meilleure prise en charge parentale, la réduction de la criminalité et la cohésion sociale. D'où l'importance d'un climat de sécurité permettant à nos écoliers et étudiants d'achever des études qui leur permettraient d'investir leur capital humain pour l'avancement de leur pays.
  • b) Il existe un lien étroit entre le capital humain et les actifs sociaux. Ces derniers, en effet, comprennent des normes et des valeurs déterminées par l'éducation et les systèmes d'apprentissage, tout en facilitant l'apprentissage dans le milieu familial, celui de la collectivité et du secteur privé.

Notre objectif principal est de faire le diagnostic du système éducatif haïtien et de déterminer le capital humain suivant le niveau d'éducation. Quand nous parlons d'éducation, il faut également prendre en considération le niveau intellectuel et pédagogique de nos enseignants. Donc pour appréhender le potentiel d'inventivité de la société haïtienne et la croissance économique qui peut résulter de cette capacité d'innovation, il est nécessaire de prendre en considération chacune des cinq composantes du capital humain : l'éducation parentale, la scolarité, l'enseignement professionnel/universitaire, la formation des adultes et l'éducation sur le lieu de travail.


La famille et le lieu de travail constituent deux des environnements d'apprentissage importants. Les soins et l'éducation dispensés durant la première enfance sont des éléments indispensables à la croissance d'individus en santé et équilibrés qui pourront éventuellement contribuer positivement à la vie socio-économique. En intervenant tôt et en poursuivant des politiques qui concilient efficacement travail et soins dispensés à la petite enfance, on investirait dans le bien-être et on favoriserait le rendement économique d'aujourd'hui et de demain.